mardi 28 avril 2009

Volodia (II)

Jason Rodgers
Charly

"Volodia avait trompé le temps jusqu'à l'extrême limite, attendant le dernier jour que nous passions ensemble pour réaliser ce à quoi il souhaitait que je renonce, se donnant ainsi tout le temps de ne pas faire ce qu'il voulait n'avoir jamais désiré."
Gilles Leroy, L'amant russe, Paris, Mercure de France, 2002, p. 133

"Volodia se había burlado del tiempo hasta el extremo límite, esperando hasta el último día que pasábamos juntos para concretar eso a lo que él deseaba que yo renunciara, dándose así todo el tiempo de no llevar a cabo lo que hubiera preferido no haber deseado jamás."

2 commentaires:

Aurélia a dit…

Cet obscure objet du désir... non? Jamais. Toujours. Faire attendre. Attendre la fin. La fin.
Très bel extrait, de nos truanderies.
Bises -sincères!

St Loup a dit…

Parfois le désir n'est que désir du désir de l'autre...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...