jeudi 3 juin 2010

Le plaisir



"Écrire dans le plaisir m'assure-t-i - moi, écrivain - du plaisir de mon lecteur? Nullement. Ce lecteur, il faut que je le cherche (que je le "drague"), sans savoir où il est. Un espace de la jouissance est alors créé. Ce n'est pas la "personne" de l'autre qui m'est nécessaire, c'est l'espace: la possibilité d'une dialectique du désir, d'une imprévision de la jouissance: que les jeux ne soient pas faits, qu'il y ait un jeu."

Roland Barthes, Le plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973, p. 10-11
 
 
 Shakespeare & Co
 Paris - Mars 2010


[¿Escribir en el placer, me asegura a mí, escritor, la existencia del placer de mi lector? De ninguna manera. Es preciso que yo busque a ese lector (que lo "rastree") sin saber dónde está. Se crea entonces un espacio de goce. No es la "persona" del otro lo que necesito, es el espacio: la posibilidad de una dialéctica del deseo, de una imprevisión del goce: que las cartas no estén echadas sino que haya juego todavía.]

Traducción de Nicolás Rosa. Siglo Veintiuno Editores, S.A. Título original: Le plaisir du texte. Éditions du Seuil, París, 1973. Primera edición en español, junio de 1974.



4 commentaires:

Olivier Autissier a dit…

C'est tellement vrai.

Aurélia a dit…

Le "jeu"... Toujours. Cela me fait penser à Winnicott, à son "Jeu et réalité".
Un abrazo, dans cet espace du plaisir de l'écrit.

isabelle a dit…

Rien n'est gagné d'avance....
Il s'agit d'une rencontre qui se fait ou ne se fait pas. L'écrivain tente sa chance, il avance en aveugle ne sachant pas entre quelles main et sous quels yeux tombera son écrit... Qui s'en emparera avec la délectation espérée ?

St Loup a dit…

Meci encore, Isabelle!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...