dimanche 7 septembre 2008

Kabuki

"Il y a deux sortes d'êtres humains: ceux qui écartent la mort de leur pensée pour mieux et plus librement vivre, et ceux qui, au contraire, se sentent d'autant plus sagement et fortement exister qu'ils la guettent dans chacun des signaux qu'elle leur fait à travers les sensations de leur corps ou les hasards du monde extérieur. Ces deux sortes d'esprits ne s'amalgament pas. Ce que les uns appellent une manie morbide est pour les autres une héroïque discipline. C'est au lecteur à se faire une opinion."
Marguerite Yourcenar, "Mishima ou la Vision du vide" dans Essais et mémoires, Paris, Gallimard (Pléiade), 1991, . 260


"Hay dos clases de seres humanos: aquellos que apartan la muerte de su pensamiento para vivir mejor y más libremente, y aquellos que, por el contrario, sintiéndose más fuertes y sabios de su existencia, la acechan ante cada señal que ella les ofrece a través de las sensaciones de su cuerpo o el azar del mundo exterior. Estas dos clases de espíritus no se amalgaman. Lo que unos llaman una manía mórbida es para los otros una disciplina heróica. Queda en manos del lector el formarse una opinión."
Marguerite Yourcenar, "Mishima o la Visión del vacío"


5 commentaires:

Anonyme a dit…

hello jean-michel...
ce sont des mouchoirs ? ils sont brodés ou peints ?
j'aime beaucoup....

...Baisers
4ine

St Loup a dit…

Ce sont des mouchoirs brodés à la main. Et si tu regardes bien, tu veras que les visages correspondent à ceux des artistes (plus haut à droite on voit la photo).

Anonyme a dit…

merci jean-michel, j'ai trouvé leur blog, j'ai été voir...mais je n'avais pas vu que c'était eux...

re-baisers !

Aurélia a dit…

Jean-Michel!!! Je ne m'y ferai jamais!! Mais je comprends et souris avec amusement et tendresse. En fait, c'est comme "Aourelia"!
Merci de continuer de me faire découvrir ta Margueritte. Je suis très touchée par cette réflexion sur l'appréhension personnelle et variable de la mort.
Je continue aussi ave "ma" Margueritte (Duras), et j'ai bien pensé à toi en achetant et amenant "Moderato cantabile"... Je l'ai commencé hier, sur la plage, face à l'océan...
Je t'embrasse.

gmc a dit…

SEKISHU RIDE

Pas plus d'un cil
Ne sépare le clin d'oeil
Que la mort adresse
A sa jumelle la vie
Sur la frontière du regard
La buée établit des distinctions
Qui ne sauraient masquer
La vanité du distinguo
Et son absence de fondement
Pur objet d'hallucination

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...