vendredi 18 janvier 2008

Mon premier secret, mon premier mensonge

Paris. Mars. Matin. Encore troublé, confus, heureux, content, triste, qui sait. Parfois dans la vie, il faut faire semblant de ne rien comprendre pour montrer qu'on a bien et tout compris.
Tel M. je voudrais acheter le parfum que tu portes, comme si le fait d'avoir ce flacon à mon côté pouvait mettre fin à ton absence.

2 commentaires:

Aurélia a dit…

Ah, Juan! Un voyage dans le temps, il y a environ un an... C'est à Buenos Aires que tu m'as dit ça pour la première fois... A propos de comprendre...

Marvene a dit…

Good words.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...